BLOG publié le 07 mai 2020

Rassembler pour lutter contre un virus qui cherche à nous séparer

En début d'année, les médias de service public (MSP) étaient mis à rude épreuve dans un grand nombre de pays, dont les gouvernements n'hésitaient pas à remettre en question la légitimité de la redevance audiovisuelle. À peine quelques mois plus tard, le monde a changé au-delà de ce que l'on pouvait imaginer. Les médias de service public ont accompagné et retracé chaque étape de ce parcours tumultueux, apportant chaque jour la preuve de leur utilité et de leur importance pour la société.

Nous savions déjà que c'est en priorité vers les MSP que le public se tourne pour obtenir des informations dignes de confiance. Mais ce constat a récemment pris corps de manière spectaculaire, dans toute l'Europe. L'audience des bulletins d'information du soir des MSP a en effet augmenté de plus de 20 % en moyenne, et même de plus de 40 % chez les jeunes. Quant à l'audience cumulée quotidienne des sites d'information en ligne des MSP, elle a quasiment triplé sur la plupart des grands marchés.

Mais ce que la crise actuelle a mis en lumière de manière éclatante, c'est le rôle joué par les MSP pour soutenir la société sur de nombreux autres fronts, qu'il s'agisse de fournir des contenus éducatifs en complément de l'enseignement à domicile, de lancer des campagnes humanitaires, de contribuer à renforcer la solidarité ou de lutter contre l'isolement social. 

Ainsi donc, nos Membres ont trouvé une multitude de moyens pour rapprocher les communautés et contrer un virus qui cherche pourtant à nous séparer. Citons, à titre d'exemples, le réseau des radios locales de la BBC qui propose des conseils et qui coordonne le soutien à la collectivité, la VRT qui en Belgique, permet à ses auditeurs de diffuser des messages destinés à leurs proches, ou encore la Télévision roumaine qui a lancé une campagne visant à mettre en lumière de bonnes actions accomplies chaque jour. 

L'audiovisuel public n'a pas son pareil pour fédérer, pour entretenir des liens avec les téléspectateurs et auditeurs et, au bout du compte, pour faire en sorte que chacun se sente un peu moins seul.

À quoi ressemblera l'avenir des MSP après le coronavirus ? On peut penser qu'ils auront renforcé la position centrale qu'ils occupent au sein de la société en tant que facteurs d'unité nationale et sources d'informations fiables, qui auront aussi permis à un public confiné à domicile de se divertir.

Les défis qui se posent au secteur audiovisuel dans son ensemble ne doivent cependant pas être sous-estimés. À l'heure actuelle, aucun média n'est épargné. Cette situation est sans précédent.

Pour nos Membres, le réaménagement de leurs grilles des programmes s'avère très coûteux. 

Or, le financement des MSP était déjà mis à rude épreuve avant la crise. Rapporté au PIB, ce financement a diminué au cours des cinq dernières années, passant de 0,18 % du PIB à 0,159 % dans la zone UER. 

Au moment même où certains économistes entrevoient la plus grave récession depuis l'après-guerre, les prévisions financières de nombreux radiodiffuseurs de service public dressent un tableau bien sombre.

Ainsi donc, dans les pays ayant mis en place un confinement strict la perception de la redevance est d'ores et déjà compromise. Pour d'autres, le contrecoup se fera sentir plus tard, notamment dans les pays où le financement des MSP est lié à des indicateurs économiques externes (rapporté au PIB ou à l'impôt sur le revenu).

Il y aura aussi des répercussions dans bien d'autres domaines : repli du marché de la publicité (laquelle assure 10 % du financement de nos Membres), absence de retransmissions sportives en direct et annulation de productions planifiées (qui ont diminué de 61 % depuis le début de l'année), ce qui pourrait entraîner une spirale inflationniste pour les contenus scénarisés afin de combler les lacunes dans les grilles des programmes.

Il est également de la responsabilité des MSP de soutenir et même de stimuler le secteur audiovisuel dans son ensemble. Ainsi donc, bon nombre de Membres de l'UER apportent leur appui aux producteurs indépendants, à l'instar d'ITV au Royaume-Uni qui a doté un nouveau fonds de développement de 500 000 livres sterling ou de TG4 qui en Irlande, a annoncé trois nouvelles séries de commandes de programmes au secteur indépendant. En Allemagne, l'ARD et la ZDF assument la moitié des coûts supplémentaires occasionnés par la crise pour les sociétés de production travaillant sur des programmes commandés.

Nos Membres prêtent aussi leur concours au secteur créatif au sens large, que ce soit en diffusant sur leurs radios une quantité croissante de contenus musicaux locaux ou en réalisant les investissements nécessaires pour amener le théâtre dans les foyers.

Il est de notre devoir de veiller à ce que les gouvernements et les autorités comprennent le rôle essentiel que les MSP jouent et continueront à jouer dans une période de crise comme celle que nous connaissons actuellement. Le moment est aussi venu pour nous de tendre la main au reste du secteur audiovisuel européen et de trouver un terrain d'entente pour réclamer un soutien à la production, à l'innovation et à l'emploi en Europe.

Une rédaction pratiquant un journalisme de qualité ne peut pas être mise sur pied du jour au lendemain. La confiance du public ne peut pas être conquise en quelques jours. Et l'on serait bien en peine d'acquérir en un clin d'œil les compétences nécessaires pour fournir tout l'éventail de contenus que les MSP européens ont offerts à leur public depuis le début de la crise actuelle. Ce sont là autant d'éléments qui nécessitent  du temps, de l'engagement et des investissements, ainsi que le soutien indéfectible du public et de ceux qui nous gouvernent.

Ecrit par

Noel Curran
Directeur général de l'UER

+41 22 717 2005
dgo@ebu.ch