ACTUALITÉ publié le 29 nov. 2022

Les États baltes partagent à présent leurs points de vue européens

Les États baltes partagent à présent leurs points de vue européens

La LSM, l’organisation lettonne de médias de service public, a rejoint l’ERR estonienne et la LRT lituanienne dans « Vu d’Europe ».

Vu d’Europe rassemble des organismes de médias de service public pour partager des actualités en ligne et offrir aux publics des informations récentes sur les thématiques paneuropéennes.

Les trois États baltes membres de l’UER ont rejoint le projet dans sa phase II. Ils apporteront un éventail nouveau de points de vue en provenance de l’ensemble de la région, mettant en lumière le rôle de nos Membres dans la défense de la démocratie dans leurs pays.

Les premiers sujets fournis par ces organismes illustrent combien il est important de recevoir des reportages provenant directement d’États ayant une frontière commune avec la Russie, particulièrement en ces temps difficiles. Grâce à EuroVOX, l’application de traduction de l’UER faisant appel à l’IA, et à l’application de recommandations Peach, les radiodiffuseurs français, belges, irlandais et d’autres pays peuvent partager des actualités provenant de la région balte sur leurs propres sites Web, dans leur propre langue, via les flux d’informations de « Vu d’Europe ».

Voldemārs Oliņš, Directeur des médias numériques à LSM, a déclaré : « Notre contribution à « Vu d’Europe » sera sans aucun doute profitable à tous les partenaires du projet... [et] intéressante pour les publics européens, surtout compte tenu de la situation géopolitique actuelle. En fournissant davantage de sujets et d’analyses, nous pouvons contribuer à la diversité de l’Europe et élargir les connaissances sur ses défis communs. »

Ce projet met également en évidence la manière dont les médias de service public investissent dans l’innovation numérique dans la région.

Monika Garbačiauskaitė-Budrienė, Directrice générale de la LRT, a ajouté : « Les anciens modes de fonctionnement des médias de service public sont dépassés et l’innovation ne concerne pas seulement la technologie, mais également les façons de penser, si nous voulons nous reconnecter à nos publics et servir les intérêts de tous. Je suis convaincue que la plus grande valeur de ce projet réside dans le fait qu’en partageant et en intégrant les actualités des uns et des autres sur nos plateformes, nous contribuerons à rapprocher nos publics ».

Anvar Samost, responsable des actualités et du sport à l’ERR, a quant à lui affirmé : « Les radiodiffuseurs estoniens, lettons et lituaniens ont toujours été très tournés vers l’extérieur pour ce qui est de la production des actualités. « Vu d’Europe » attire des publics totalement nouveaux. »

Les Membres des trois États baltes renforcent « Vu d’Europe » en fournissant aux publics européens des actualités dignes de confiance reflétant des points de vue divers, en particulier parce que les médias de ces pays figurent dans le haut du Classement mondial de la liberté de la presse 2022.

« Vu d’Europe » compte des Membres de Belgique (RTBF), d’Estonie (ERR), de Lituanie (LRT), de Lettonie (LSM), de Finlande (Yle), de France (France Télévisions), d’Allemagne (BR-ARD), d’Irlande (RTÉ), du Portugal (RTP), d’Espagne (RTVE), de Suède (SR), de Suisse (SWI swissinfo.ch) ainsi que le radiodiffuseur franco-allemand ARTE, le danois Constructive Institute et l’Agence France-Presse (AFP).

À propos de « Vu d’Europe »

« Vu d’Europe » rassemble des organismes de médias de service public pour partager des contenus d’actualités originaux en ligne et offrir à leurs publics des informations récentes sur les thématiques paneuropéennes.

Les médias de service public participants apportent leur contribution à un service de recommandation d’actualités qui aide les citoyens européens à contextualiser les sujets les plus repris et à mieux comprendre comment d’autres pays couvrent ces thématiques.

La technologie innovante de l’UER est au cœur de l’initiative. L’outil de suivi de l’actualité de l’Eurovision permet aux radiodiffuseurs participants de suivre en temps réel les contenus en ligne produits par leurs homologues grâce à la traduction assistée par IA, aux outils automatiques de recommandation de contenus (PEACH) et à des filtres permettant d’identifier des sujets d’intérêt qui trouveront un écho auprès des publics nationaux.

Chaque organisme participant diffuse ensuite ses sujets originaux par le biais d’une plateforme numérique d’actualités où il utilise des traductions assistées par IA pour produire des versions dans les langues de son public, grâce à l’outil EuroVOX de l’UER et à de solides flux éditoriaux.