EBU ACTUALITÉ publié le 06 déc. 2017

Les experts jeuness s'intéressent aux moyens de toucher le jeune public en ligne

Maurice Wheeler (Little Big Partnership) et Aoife O’Reilly (rédactrice multimédia pour les programmes jeunesse à la RTÉ)

La manière dont les enfants consomment les contenus audiovisuels évolue rapidement. Ainsi donc, l'écoute linéaire de la télévision recule, un nombre croissant d'enfants choisissant désormais eux-mêmes les contenus qui les intéressent avant de les partager. S'ils veulent toucher la génération des "natifs du numérique", les médias de service public (MSP) doivent s'adapter à cette nouvelle donne et repenser leurs contenus.

Selon Maurice Wheeler, de Little Big Partnership, qui s'adressait à la réunion annuelle des experts Jeunesse organisée à Salford, au Royaume-Uni, il ne suffira pas, pour répondre à ces changements, de mettre des contenus à disposition sur les nouvelles plateformes. M. Wheeler déclare : "De la même manière que nous n'allons pas au McDonald's si nous avons envie d'une pizza, ce n'est pas sur YouTube que les enfants se rendent pour regarder la télévision.”

Les radiodiffuseurs doivent donc créer des contenus propres aux plateformes auxquelles ils sont destinés et se poser la question de savoir s'ils doivent utiliser les plateformes comme Youtube et Snapchat ou créer leurs propres plateformes.

Selon M. Wheeler, tirer parti des plateformes existantes présente certains avantages :

  • elles permettent de s'adresser directement et facilement au public, où qu'il se trouve ;
  • l'utilisation de ces plateformes se fait à moindre coût ;
  • le contenu des MSP peut être mis en valeur au moyen d'outils intégrés.

Il est cependant difficile d'empêcher les jeunes d'accéder à des contenus inappropriés, même si la plupart des réseaux sociaux ne sont pas destinés aux enfants âgés de moins de 13 ans

Plusieurs Membres de l'UER, comme la RTÉ, ont donc créé leurs propres plateformes.

Aoife O’Reilly, rédactrice multimédia pour les programmes jeunesse de l'organisme irlandais, a ainsi indiqué que ces plateformes présentent des atouts importants, en dépit des coûts et de la charge administrative qui y sont liés :

  • la plateforme est adaptée aux enfants ;
  • le radiodiffuseur gère la relation client de bout en bout ;
  • il guide l'utilisateur à travers les contenus qu'il lui propose ;
  • l'utilisateur ne risque pas d'être orienté vers des supports inappropriés.

Les radiodiffuseurs peuvent mettre leurs contenus à disposition sur plusieurs plateformes : la NRK, par exemple, commande des contenus spécifiquement conçus pour Instagram, Tumblr et Musical.ly.

Aoife O’Reilly déclare à ce propos : "La télévision a ses propres atouts, mais les applis favorisent l'interaction et nous permettent de fidéliser notre public, au moyen d'un contenu disponible sur le long terme."

Une série telle que Spooky StakeOut, que la RTÉ a spécialement commandée, peut être exploitée sur différentes plateformes. Les enfants qui suivent l'émission sont en outre invités à intervenir sur le déroulement de la série au moyen de l'appli.

La télévision permet certes aux radiodiffuseurs de toucher un public très large, mais ils ne doivent pas pour autant négliger les autres plateformes. Il est donc indispensable qu'ils poursuivent leurs efforts visant à rendre leurs contenus facilement accessibles aux enfants et aux jeunes.

Peter Robinson, de la société Dubit, a indiqué aux participants que selon certains travaux de recherche, bon nombre d'enfants auraient du mal à accéder aux contenus qu'ils souhaitent visionner.

YouTube remporte un vif succès : c'est en effet le support que les jeunes utilisateurs privilégient pour trouver les contenus qui les intéressent. Si seules trois ou quatre marques tendent à dominer le marché de l'enfance, les marques locales continuent à revêtir une grande importance pour les jeunes. Les radiodiffuseurs de service public comprennent leurs marchés et les besoins de leurs utilisateurs.

Ainsi donc, certaines marques des MSP, comme PythagoraSwitch de la NHK, remporte un vif succès auprès des enfants, chez qui elle encourage la réflexion.

Et Alison Stewart, Président du groupe d'experts Jeunesse de l'UER, de conclure : "Il est très important que les enfants regardent des émissions et utilisent des contenus qui leur sont destinés, afin qu'ils puissent s'y reconnaître. C'est absolument essentiel à leur développement. Dans ce contexte, les médias de service public ont plus que jamais un rôle primordial à jouer."

Liens intéressants

EBU Children & Youth Meetings 2017

Details du contact

Anne Kornmann
Responsable de projet
Télévision
+41 22 717 24 16
kornmann@ebu.ch