ACTUALITÉ publié le 24 oct. 2019 • Département / Unité Eurovision Sport

84 % des fans de sport s’intéressent au sport féminin : le moment est venu de passer à la vitesse supérieure

Les chiffres fournis par Nielsen montrent que 66 % de la population est intéressée par au moins un sport féminin et que 84 % des fans de sport s’intéressent au sport féminin. Ces chiffres mettent aussi en évidence une hausse de 37 % du nombre annuel de contrats de parrainage pour le sport féminin.

Ces chiffres positifs et encourageants étaient au cœur d’une séance spéciale intitulée « The Business of Women’s Sport – Stepping up the game », organisée au SporTel Monaco 2019 par l’Eurovision Sport et son partenaire Nielsen Sports. Cette séance s’articulait autour d’une discussion en panel réunissant un panel d’experts renommés : Emilie Montané, Directrice Médias et Production à la Fédération française de tennis ; Guy-Laurent Epstein, Directeur marketing à l’UEFA ; Marco Nazzari, Directeur général Europe chez Nielsen ; et Mark Parkman, Directeur général d’Olympic Channel.

La discussion était modérée par Nina Goswami, journaliste à la BBC et l’une des chefs de file du projet pionnier baptisé « Project 50:50 », qui a vocation à accroître la représentation des femmes dans le secteur de la radiodiffusion.

Emilie Montané a déclaré être fière que le tennis ait une forte tradition en matière d’égalité hommes-femmes : « Le sport attire un large public féminin, en termes de fréquentation et d’audience. L’égalité des gains est évidemment très importante. Elle a été mise en place à Roland Garros en 1973. Nous sommes également très soucieux de la programmation des matchs. Nous veillons à programmer deux matchs féminins et deux matchs masculins sur le court central de Roland Garros. » Faisant remarquer que les courts portent des noms de femmes dans le nouveau stade, Mme Montané a également souligné qu’il était important de mettre les joueuses à l’honneur par l’intermédiaire des sponsors et des partenaires, ainsi que d’assurer l’équilibre hommes-femmes en ce qui concerne les interviews et les arbitres.

Alors que 63 % des personnes interrogées pensent que les marques devraient investir autant dans les sports féminins que masculins, et qu’un cinquième de la population est plus influencé par les sponsors du sport féminin que masculin, Marco Nazzari a insisté quant à lui sur les opportunités qui ne doivent pas être ignorées.

Mark Parkman, d’Olympic Channel, a transmis un message fort : « Nous avons créé 19 000 contenus, dont 58 % concernent des femmes. » Il a expliqué que sa chaîne ne privilégie pas tel ou tel sujet, mais les meilleurs contenus. « 56 % des interactions suscitées par nos contenus proviennent de femmes et le public féminin se montre plus intéressé par les contenus sur des femmes que par les sujets concernant des hommes. Ces chiffres témoignent de l’intérêt suscité par le sport féminin, tout particulièrement auprès des femmes. Cela étant dit, nous constatons également que les hommes sont nombreux à s’intéresser à des contenus concernant des femmes », a-t-il précisé.

Guy-Laurent Epstein, de l’UEFA, juge quant à lui nécessaire de mettre l’accent sur la participation et la perception : « Il est essentiel d’accroître sensiblement l’audience et la visibilité des compétitions. Je ne parle pas seulement du public sportif féminin, mais aussi masculin. Je pense que les schémas d’audience du football féminin sont très similaires à ceux du football masculin, ce qui montre un changement de perception. » M. Epstein a précisé que le football féminin était passé de 12 % à 63 % de perception positive et qu’il pouvait attirer de sponsors prêts à investir.

Marco Nazzari a clôturé la discussion en formulant une recommandation : « Le maître-mot est la qualité. Il vous faut chercher le bon type de sponsor, celui qui peut donner une nouvelle envergure à votre message. Gardez la maîtrise de votre contenu : transmettez le message que vous voulez transmettre. Ne devenez pas trop commercial. »

Vanessa O’Connor, Directrice des relations avec les Membres et de la communication à l’UER, a clôturé la discussion en mettant en lumière les efforts déployés par l’UER en faveur du sport féminin. Cette séance spéciale organisée dans le cadre du SporTel est l’une des initiatives de l’UER visant à mener le débat sur le sport féminin ; elle s’inscrit dans le prolongement de l’Assemblée Sport qui s’est tenue en octobre. Un groupe d’experts sur le sport féminin a également été mis sur pied.