ACTUALITÉ publié le 01 oct. 2020

A.S.O. et France Télévisions présentent à l’Assemblée Sport de l’UER les bonnes pratiques du Tour de France concernant le COVID-19

Le Tour de France de cette année s’est déroulé sans encombre, offrant de formidables épreuves sportives et générant des chiffres d’audience parmi les meilleurs des cinq dernières années en dépit de strictes restrictions liées au COVID-19 et du report de la course au mois de septembre, une période inhabituelle, a-t-on expliqué aujourd’hui aux Membres de l’UER.

Les Membres écoutaient une présentation virtuelle sur les bonnes pratiques concernant le COVID-19 donnée par Julien Goupil, directeur des médias chez A.S.O., l’organisateur du Tour de France, et par Laurent-Éric Le Lay, directeur des sports chez France Télévisions, le Membre de l’UER qui produit le signal international pour la course et assure sa télédiffusion en France. La discussion était animée par Stefano Bernabino, de l’Eurovision Sport.

Les organisateurs avaient deux principaux objectifs, a expliqué M. Goupil: amener la course de trois semaines sans encombre jusqu’à sa ligne d’arrivée sur les Champs-Elysées à Paris, à la date reprogrammée du 20 septembre, et garantir que le signal de télévision soit distribué à l’échelle mondiale. Pour y parvenir, « nous avons dû repenser entièrement l’organisation », a-t-il ajouté, félicitant les Membres de l’UER pour leur contribution : « Cela a été une période difficile, mais tant l’UER que ses Membres ont été d’un grand soutien pour le Tour de France. Ce que nous avons mis en place est un véritable travail d’équipe. »

A.S.O., en collaboration avec les autorités et toutes les parties prenantes, a en effet créé un « protocole sanitaire » basé sur trois principes clés :

  • nombreux tests avant et pendant la compétition, associés au traçage des contacts et à l’isolement de tout cas positif ;
  • création de « bulles » sanitaires (toutes les parties prenantes affectées à une bulle, limitation de la taille de chaque bulle, prévention de contacts entre la bulle de course et l’organisation) ;
  • mise en place de conditions de sécurité optimales pour le grand public (limitation du nombre de personnes dans ce que l’on appelle les « zones rouges » de la course) et déploiement d’une campagne médiatique, largement diffusée par les Membres de l’UER, pour sensibiliser aux mesures de sécurité requises pour assister au Tour en toute sécurité.

Dans le cadre de ces mesures, a expliqué M. Goupil, 700 000 masques ont été distribués, 3 500 tests de dépistage du coronavirus ont été réalisés et une équipe spéciale COVID-19 était sur place avec un laboratoire mobile.

Côté production, France Télévisions a pris de nombreuses précautions qui ont notamment consisté à préparer un « plan B pour tout », y compris pour le cas où le réalisateur serait lui-même testé positif, selon M. Le Lay. Le radiodiffuseur a également considérablement réduit ses effectifs de production présents sur place, choisissant de produire la majeure partie de sa couverture nationale dans ses studios de Paris, même s’il reconnaît que ce « n’était pas une décision facile pour le public français ».

Au total, le nombre de représentant.e.s des médias assistant à la course était inférieur de 40 % à celui de précédentes éditions, a indiqué M. Goupil, tandis que les restrictions d’accès à la zone se trouvant derrière la ligne d’arrivée se sont traduites par une circulation beaucoup plus « fluide » que d’habitude. « L’idée n’est pas d’isoler les coureurs, mais il y a certains enseignements qui seront poursuivis », a-t-il précisé.

M. Le Lay a mis en garde: « Le problème que nous avons aujourd’hui est qu’il est très difficile de créer une relation directe avec les athlètes. Si nous voulons éviter cet écueil, nous devons corriger le tir. » M. Goupil a acquiescé, expliquant que le Tour de France « doit rester populaire et accessible. »

La discussion s’inscrivait dans le sillage de la publication récente, par l’UER, de son rapport sur le COVID-19 : « Médias de service public : aider la société pendant la crise du coronavirus », selon lequel les MSP ont réagi avec une rapidité et une créativité impressionnantes au confinement.

En février 2020, l’Eurovision Sport et A.S.O. ont prolongé jusqu’en 2025 leur accord de droits médias sur le Tour de France. L’Eurovision Sport a également prolongé son accord avec Unipublic, une filiale d’A.S.O., concernant la Vuelta a España, là encore jusqu’en 2025.

Contacts

Claire Rainford
Responsable de la communication

+41 22 717 2321
rainford@ebu.ch
LinkedIn