À propos

La pratique d'un journalisme de service public revêt selon nous une importance primordiale pour forger des sociétés éclairées, tout particulièrement dans une époque marquée par les perturbations dues au numérique, la désinformation et les pressions politiques.

Les actualités et l'information se trouvent au cœur de la mission dévolue aux médias de service public (MSP). Il est primordial, pour une société démocratique, que ses citoyens puissent accéder à des informations indépendantes, impartiales, exactes et pertinentes, afin de mieux comprendre le monde au sein duquel ils évoluent.

L'ère numérique pose cependant un nombre croissant de défis, à la lumière desquels il est absolument crucial que les MSP pratiquent un journalisme reconnaissable, qui reflète leur professionnalisme et leur déontologie et soit un gage de leur capacité à constituer pour tous une source d'information digne de confiance. Les MSP doivent en outre faire entendre leur voix dans le débat sur la désinformation, encourager l'appui à la pratique d'un journalisme professionnel, favoriser l'application de normes éthiques et œuvrer au développement de solutions techniques et de cadres stratégiques internationaux adaptés.

C'est dans cette optique que l'UER permet à ses Membres de faire entendre leur voix et qu'elle noue des partenariats, autant d'efforts qui ont vocation à soutenir la pratique d'un journalisme de service public.

Contacts

Justyna Kurczabinska
Directrice principale, Échange de nouvelles et Stratégie de nouvelles

Rapport d'actualités de l'UER

news-report-2019.png

Ce rapport accorde une attention privilégiée aux conséquences, sur le journalisme, de la quatrième grande vague de transformation numérique. Cette vague s'inscrit dans le sillage de l'Internet, de la technologie mobile et des réseaux sociaux et elle se définit par les défis et les opportunités liées à l'intelligence artificielle (IA) et aux données.

L'IA fait beaucoup parler, mais tous ceux et toutes celles qui en connaissent vraiment le potentiel savent qu'elle pourrait permettre d'accroître l'utilité et l'intérêt du journalisme de service public pour les utilisateurs et utilisatrices. Selon une étude récente, près des deux tiers des responsables concerné.e.s s'inquiètent pourtant de l'introduction de cette technologie dans leurs salles de rédaction.

Le rapport de l'UER dresse un bilan très complet des préoccupations que l'IA soulève actuellement dans le domaine du journalisme. Nous avons réalisé 75 entretiens avec des spécialistes venus du journalisme, de la sphère technique et du monde universitaire. Nous nous sommes aussi largement documentés sur le sujet et nous avons travaillé en lien étroit avec des auteurs de premier plan, reconnus pour leurs écrits sur les liens entre l'IA et le monde de l'information.

 

Comme dans notre rapport 2018, intitulé "50 ways to make it better" , nous avons formulé des recommandations basées sur des exemples concrets. Axé sur 30 études de cas et dix listes de contrôle (avec des liens vers les informations pertinentes), ce rapport a vocation à fournir des pistes de réflexion aux rédactions qui envisagent d'adopter un nouveau modèle basé sur les données, ou d'investir dans l'intelligence artificielle.

Le rapport propose des actions à entreprendre dans plusieurs domaines affectant la confiance et l’engagement du public : nouvelles habitudes médiatiques, changement sociétal, l’érosion des normes professionnelles et la menace d’une contamination politique et le déclin de la volonté d’être représenté par une institution.

Ces mesures visent notamment à montrer qu'il est possible de tirer parti des nouvelles technologies pour renforcer les liens tissés avec le public, ces technologies ne devant pas être perçues uniquement comme des éléments perturbateurs. Il peut par exemple s'avérer très utile de tenir compte du point de vue du public lorsque des décisions stratégiques doivent être prises, même si cela implique de briser des tabous journalistiques.

 Consulter le rapport interactif

Groupe de haut niveau sur les fausses informations de l'UE

La Commission européenne a constitué, à la fin de l'année 2017, un groupe d'experts de haut niveau sur les fausses informations et la désinformation en ligne, au sein duquel l'UER était représentée par Noel Curran, son Directeur général. Ce groupe a remis son rapport le 12 mars 2018.

Dans le sillage de l'adoption de ce rapport, la Commission européenne a publié le 26 avril 2018 sa Communication “Tackling Online Disinformation: A European approach”. Celle-ci donne le point de vue de la Commission sur les défis posés par la désinformation en ligne et tient compte des consultations menées auprès des citoyens et des parties intéressées.

La Commission européenne a fait part de sa volonté de mettre en place toute une série de mesures, dont un code de pratique européen et un réseau européen indépendant de vérificateurs de faits, pour lutter contre l'essor en ligne de la désinformation (fausses informations) en ligne.

Elle a également mis sur pied un "forum multipartite", qui s'articule autour d'un groupe de travail (réunissant des plateformes, des annonceurs et des exploitants de réseau) et d'un organe de réflexion, dont l'UER a été invitée à faire partie.

Le groupe de travail est chargé d'élaborer et d'approuver le code de pratique. L'organe de réflexion a quant à lui pour mission d'évaluer le code de pratique proposé par le groupe et de formuler un avis à ce sujet. Ce processus doit être mené à bien d'ici à la fin juillet 2018.

L'UER continuera à fournir régulièrement aux institutions européennes et aux principales parties prenantes des contributions, des informations et des recommandations. Dans cette optique, elle identifiera des bonnes pratiques, des solutions et des initiatives visant à résoudre le problème de la désinformation et à reconquérir la confiance des citoyens.

Vous pouvez consulter le Rapport final du groupe d'experts de haut niveau  de la Commission européenne sur les fausses informations et la désinformation en ligne.

fake-news.png

Contacts

Nicola Frank
Responsable des relations institutionnelles et internationales

+32 74 677 76 86
frank@ebu.ch
LinkedIn

Initiative relative à la confiance dans le journalisme

L'UER a lancé cette initiative en collaboration avec Reporters sans frontières (RSF), l'Agence France Presse (AFP) et le Global Editors Network (GEN). Cette initiative a vocation à devenir une référence en matière d'autorégulation et de bonnes pratiques des médias, en dressant une liste de normes relatives à la confiance et à la transparence.

Cette initiative se distingue par son utilisation de l'un des mécanismes de normalisation volontaire de produits/services/processus reconnus en Europe, à savoir le CEN (Comité européen de normalisation).

Le plan de projet relatif à l'atelier CEN sur les indicateurs de confiance dans le journalisme a été approuvé à la réunion de lancement qui s'est tenue le 23 mai dernier à Paris. Le plan de projet et la liste des participants sont disponibles sur le site Web du CEN.

Claudio Cappon, ancien membre du Conseil exécutif de l'UER et actuel Secrétaire général de la COPEAM, a été désigné Président de cet atelier.

Comment participer

Les organisations qui souhaitent participer à cette initiative ont jusqu'au 23 juillet pour s'inscrire sur le site Internet du CEN.

Partenaires

afp_logo.png (AFP Logo)

GEN-logo.png

RSF_logo.png

Réseau sur le journalisme d'investigation

Le Réseau de journalisme d’investigation de l’UER a débuté en 2017. Il y a deux volets. Le premier est un ensemble de groupes de projet où les journalistes des membres de l’UER travaillent ensemble à la recherche de sujets spécifiques.

Le deuxième volet est un réseau de journalistes d’investigation.  Le premier atelier du Réseau de journalisme d’investigation de l’UER ouvert à tous les membres intéressés a eu lieu le 14 mars 2019 au bureau de l’UER à Bruxelles. Il a réuni 36 journalistes d’investigation de 20 organisations.

Les participants ont présenté leurs histoires qui pourraient bénéficier d’une collaboration avec un ou plusieurs membres de l’UER.  

Cet atelier a été suivi d’un autre atelier thématique en décembre 2019, centré sur les activités chinoises en Europe au niveau économique et politique. Les articles publiés grâce à la mise en réseau et à la collaboration au sein de l’EIPN comprennent des enquêtes sur les réseaux de suicide Instagram, l’extrémisme de droite dans les pays nordiques, l’influence étrangère sur les élections au Parlement européen, et bien d’autres.

Les journalistes d’investigation se réuniront à nouveau à l’automne pour évaluer les réalisations et décider de la meilleure façon de travailler à l’expansion de ce précieux réseau.

Peu après le début de l’épidémie de COVID-19 en Europe, les membres de l’EIPN ont commencé à partager du contenu entre eux pour surmonter les restrictions imposées par la pandémie. Des dizaines de reportages de longue durée ont été partagés avec des images d’Espagne, d’Italie, de New York, de Belgique, d’Autriche et de France, permettant aux journalistes d’avoir accès à des comptes rendus de première main sur la situation aux premières lignes de l’épidémie.

Les activités dans ce domaine sont dirigées par le Comité de pilotage de l’EIPN (EBU Investigative Projects and Network), un groupe d’experts qui rend compte au Conseil exécutif de l’UER et qui est soutenu par EBU News. Le comité est composé des organisations membres suivantes : ZDF, VRT, NRK, DR, RTE, RTBF, YLE, NPO/Human, BBC et actuellement présidé par Olle Zachrison, Directeur des Nouvelles et Actualités à la Radio suédoise.

Découvrez ce qui a été accompli jusqu’à maintenant.

investigative journalism network2.jpg

Comment rejoindre

Le réseau est ouvert à tous les membres de l’UER, sous réserve de l’approbation préalable du comité directeur de l’EIPN. Les membres admissibles doivent satisfaire aux critères définis par le Comité directeur, ce qui comprend le respect des valeurs fondamentales des médias de la fonction publique de l’UER ou l’expertise démontrable en journalisme d’enquête..

Contacts

Belen Lopez Garrido
News Editor

Coopération avec le Conseil de l’Europe

L’UER coopère étroitement avec de nombreuses institutions internationales pour la pérennité d’un journalisme de qualité et la reconnaissance de son importance dans la construction des sociétés démocratiques.

Dans ce cadre, la coopération avec le Conseil de l’Europe occupe une place prépondérante. Le Comité directeur sur les médias et la société de l’information (CDMSI) a créé deux groupes d’experts, le MSI-AUT (impact des algorithmes) et le MSI_JOQ (journalisme de qualité), qui remettront leurs rapports à la fin 2019.

Ces rapports jetteront les bases des débats sur les résolutions qui se tiendront dans le cadre de la conférence ministérielle à Chypre, en 2020. Celle-ci devrait prendre des décisions sur l’intelligence artificielle appliquée aux médias, ainsi que sur les moyens de soutenir la pratique d’un journalisme de qualité. L’UER a le statut d’observateur au CDMSI et elle est aussi membre du comité de rédaction de la conférence ministérielle.

 

L’UER est également membre de la plateforme du Conseil de l’Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, qui traite des menaces et de la violence contre les professionnels des médias, ainsi que des attaques contre les médias de service public.

L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a publié un rapport et une résolution sur les médias de service public dans le contexte de la désinformation et de la propagande (approuvée en janvier 2019) et sur la liberté des médias en tant que condition pour des élections démocratiques.

 

Contacts

Giacomo Mazzone
Head of Institutional Relations and Member Relations South

+41 22 717 20 13
mazzone@ebu.ch
LinkedIn

Sécurité et protection des journalistes

L’UER s’emploie à assurer et à améliorer la sécurité et la protection des journalistes dans l’Union européenne. Elle aborde cet enjeu majeur sous trois angles :

  • L'EBU Academy propose une formation à la sécurité et offre l’accès à un réseau de responsables de la sécurité.
  • Par son travail de relations institutionnelles, l’UER soutient toutes les institutions et ONG qui s’occupent de la protection des journalistes au niveau mondial. Son Département des affaires juridiques et publiques aborde également cet enjeu au niveau de l’Union européenne.
  • Le Service des actualités de l’UER fait partie du conseil d’administration de l’International News Safety Institute.

L’EBU Academy propose aux Membres et à d’autres organismes de médias toute une série de formations et d’ateliers, sur le thème de la sécurité. Nous aidons les radiodiffuseurs à renforcer la sécurité et la protection juridique de leur personnel. Depuis 2004, l’EBU Academy a organisé 72 formations sur la sécurité, et a formé 750 journalistes issus de Membres et d’autres organisations. L’EBU Academy assure également la coordination du réseau des responsables de la sécurité, dont les membres échangent des informations vitales de manière permanente et informelle.

Notre Service des relations institutionnelles suit attentivement les initiatives du Conseil de l’Europe sur la sécurité des journalistes et autres acteurs des médias. Nous sommes l’une des organisations partenaires de la plateforme du Conseil de l’Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, qui contribue notamment au signalement des menaces et des attaques contre les radiodiffuseurs de service public.

Nous participons aux plans d’action et aux initiatives de l’UNESCO sur ce sujet ( Plan d’action des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité) et nous entretenons des contacts avec d’autres organisations telles que l' Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l'Office des Nations Unies à Genève (ONUG).

Nous soutenons aussi toutes les initiatives visant à renforcer la sécurité des journalistes dans les enceintes multilatérales, telles que la proposition de traité international  de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la proposition de création d’un Représentant spécial de l’ONU, de Reporters sans frontières (RSF).

En outre, nous siégeons aux côtés de plusieurs de nos membres au conseil d’administration de l’International News Safety Institute (INSI). Ces dernières années, l’INSI a mis en place plusieurs programmes de formation, pris des initiatives relatives à l’intimidation en ligne et adopté des recommandations sur la sécurité dans de nombreux endroits.

Enfin, nous suivons étroitement ces enjeux au niveau politique. Nous avons publié un document de sensibilisation consacré aux priorités des médias de service public en lien avec les politiques européennes concernant les médias et la démocratie, dans lequel nous exhortons les responsables européens à défendre la liberté et le pluralisme des médias.

Partners

CoE.png INSI.png osce.png unesco.png unog.png

 

Contacts

Nathalie Labourdette
Responsable EBU Academy
+41 22 717 21 46
labourdette@ebu.ch
LinkedIn
Jeffrey Dubin
Head of News
+41 22 717 2843
dubin@eurovision.net
LinkedIn
Justyna Kurczabinska
Directrice principale, Échange de nouvelles et Stratégie de nouvelles
Giacomo Mazzone
Head of Institutional Relations and Member Relations South

+41 22 717 20 13
mazzone@ebu.ch
LinkedIn
Isabelle Dochy
Conseillère aux affaires européennes
+32 (0) 2 286 91 13
Programme Coordinator
Julie Lenoir
Junior European Policy Adviser
+32 22869147
lenoir@ebu.ch