ACTUALITÉ publié le 20 juil. 2021

Les WBU appellent à agir pour lutter contre les menaces et la violence à l’encontre des journalistes

Lors de leur réunion annuelle, les World Broadcasting Unions (WBU) ont appelé à déployer des efforts concertés pour combattre les menaces et la violence à l’encontre des journalistes et d’autres professionnel.le.s des médias, qui constituent des attaques contre la démocratie. 

Ces dernières années, la sécurité des journalistes et d’autres professionnel.le.s des médias s’est détériorée, et dans de nombreux pays, la pandémie de COVID-19 a encore aggravé la situation. Les attaques, qui se traduisent par des actes de harcèlement, des menaces, mais également des violences physiques, s’intensifient. 

Les journalistes et les équipes de production des radiodiffuseurs sont confronté.e.s à une hostilité et des violences de plus en plus fortes, alors qu’ils ne font qu’exercer leur profession, à savoir, réaliser des reportages sur des événements importants, fournir des informations équilibrées et replacer les faits dans leur contexte. Ces actes d’intimidation ont pour effet de mettre un frein à la liberté des médias, mais aussi — point si crucial durant la pandémie — à la capacité des journalistes à offrir au public des actualités fiables et sûres sur lesquelles il peut s’appuyer.

Les femmes journalistes sont particulièrement ciblées. Une étude de l’UNESCO sur la violence en ligne contre les femmes journalistes souligne une augmentation aiguë des violences en ligne, qui se transforme souvent en agressions dans la vie réelle. 73 % des femmes journalistes ayant répondu à l’enquête ont subi des violences en ligne, 25 % ont reçu des menaces de violences physiques et 20 % ont fait état d’agressions hors ligne. 

Au niveau international, de nombreuses déclarations et pratiques ayant valeur de référence ont été adoptées. Elles reconnaissent les menaces et les agressions en ligne et hors ligne comme un danger grave pour la liberté des médias, qui est un fondement des démocraties informées et saines. L’intimidation des journalistes peut interférer avec le droit à la liberté d’expression et avec le droit du public d’être informé. Ces déclarations, qui font l’objet d’un consensus international, offrent des conseils dans différents domaines : prévention, protection, poursuites judiciaires, promotion de l’information, éducation et sensibilisation aux menaces potentielles contre la liberté des médias. 

Nous exhortons les autorités à garantir les droits, à mettre en pratique les principes internationaux et à prendre des mesures pour la protection des journalistes, tant en ligne que sur le terrain. Nous accueillons favorablement des initiatives telles que la Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe, ainsi que sa version africaine, lancée cette année par l’UNESCO. Des radiodiffuseurs de différentes régions sont prêts à soutenir ces initiatives, de même que d’autres actions visant à garantir que les journalistes et les autres professionnel.le.s des médias puissent continuer de fournir à tout moment un service crucial à la société.

Contacts

Nicola Frank
Responsable des relations institutionnelles et internationales

+32 74 677 76 86
frank@ebu.ch
LinkedIn