Retour à Communiqués
COMMUNIQUÉS

Les associations de médias sont très préoccupées par la proposition de la Lettonie d'interdire les contenus en langue russe dans les médias publics dès 2026

06 octobre 2023
Les associations de médias sont très préoccupées par la proposition de la Lettonie d'interdire les contenus en langue russe dans les médias publics dès 2026

Les organisations internationales de défense de la liberté des médias et des journalistes soussignées s’inquiètent vivement des propositions du gouvernement de Lettonie visant à interdire la diffusion de contenus en langue russe dans les médias de service public lettons.

Le 28 septembre 2023, le Parlement letton a approuvé le « concept de sécurité nationale », document de planification stratégique soutenu par le gouvernement. Ce document stipule qu'à partir du 1er janvier 2026, les contenus créés par les médias publics ne pourront être diffusés qu'en letton et dans les langues appartenant à l'espace culturel européen. Cette mesure interdirait de fait à la Télévision et à la Radio lettones de continuer à produire des contenus en russe.

Actuellement, celles-ci proposent des contenus dans une série de langues minoritaires sur diverses plateformes, notamment le portail RUS.LSM qui recensait plus de 200 000 visiteurs en août 2023 et qui touche de nombreux utilisateurs sur les réseaux sociaux. Quant à la station lettone Radio 4, elle rassemble chaque semaine près de 150 000 auditeurs et annuellement, ce sont quelque 1,3 million de personnes qui écoutent ses podcasts.

Nous craignons que cette nouvelle proposition n’empêche les russophones de Lettonie d'avoir accès à des informations crédibles et vérifiées, ce qui les exposera à la désinformation, aux fausses nouvelles et à la propagande. La capacité des médias de service public à fournir des informations vitales et à s’adresser à l'ensemble de la société est particulièrement importante en ces temps d’agression de la Russie envers l’Ukraine.

La langue russe est la langue maternelle d’au moins un tiers de la population lettone, y compris les Russes ethniques (qui représentent environ un quart de la population totale), mais aussi de nombreuses autres minorités telles que les réfugiés ukrainiens.

Si elle est adoptée, cette proposition portera atteinte aux droits fondamentaux des citoyens tels qu'ils sont consacrés par la législation internationale, communautaire et européenne en matière de droits de l'homme (droit d’accéder aux médias et à la diffusion et à la réception d'informations, y compris dans leur propre langue). Ces principes figurent également dans la législation lettone sur les médias électroniques publics et leur administration.

Nos organisations appellent le gouvernement letton à revoir sa proposition et à ouvrir le débat afin de préserver la liberté des médias.

Signataires :

  • Union Européenne de Radio-Télévision
  • Fédération européenne des journalistes
  • Fédération internationale des journalistes
  • Fondation Justice pour les journalistes
  • Organisation des médias de l'Europe du Sud-Est
  • Reporters sans frontières
  • Comité de protection des journalistes

Liens et documents pertinents

Contact


Claire Rainford

Responsable de la communication institutionnelle

rainford@ebu.ch