BLOG publié le 06 mars 2020

Cilla Benkö à l’occasion de la Journée internationale de la femme : J’espère ne jamais me sentir entièrement satisfaite

Mattias Ahlm/Swedish Radio

La radio suédoise a été nommée le milieu de travail le plus égalitaire en Suède en 2019. Mais cela n’a pas toujours été le cas. À bien des égards, le monde des médias dans lequel je suis entré en 1985 était complètement différent, écrit la Directrice générale de la Radio suédoise, Cilla Benkö, dans le cadre de la Journée internationale de la femme du 8 mars.

Quand j’ai commencé à la radio suédoise comme stagiaire de 21 ans travaillant à Radiosporten, les bureaux sportifs étaient un bastion masculin. Il y avait environ trois journalistes sportives dans tout le pays – tous les médias inclus. Être jeune et une femme dans ce contexte était difficile. Il y avait beaucoup de plaisanteries et de railleries et les commentaires de l’auditoire pourraient être carrément malveillants. 

Les critiques ne portaient presque jamais sur le contenu de mes reportages, mais presque toujours sur le fait que je suis une femme. Je pense souvent que j’ai eu de la chance que les médias sociaux n’existaient pas à l’époque. Si quelqu’un voulait inciter un grand nombre de personnes à m’en vouloir, il aurait dû frapper aux portes et demander à un groupe de personnes d’envoyer de vraies lettres par la poste. Aujourd’hui, il est beaucoup plus facile de mobiliser des milliers de commentaires critiques visant une personne qui essaie simplement de faire son travail. 

Peut-être que ce début de carrière a fait en sorte qu’il est particulièrement important pour moi de travailler très consciemment sur les questions d’égalité des sexes dans mon rôle de leadership.Depuis que je suis devenu directeur général de la radio suédoise, toute l’équipe de gestion a fait en sorte que nous travaillions plus activement pour inclure les gestionnaires, les collègues de travail et avec le soutien de notre service des RH – et cela a produit des résultats.Un certain nombre de directeurs généraux avant moi ont également fait de l’égalité des sexes une priorité. Il faut du temps pour apporter des changements durables!

En mai de l’année dernière, la Radio suédoise a reçu le prix Nyckeltalsinstitutet comme lieu de travail le plus égalitaire en Suède en 2019. Le prix a examiné une série d’indicateurs des différences entre les sexes sur le lieu de travail : écarts salariaux, taux d’emploi, congés de maladie et répartition entre les sexes dans la direction. La radio suédoise a toujours obtenu de très bons résultats dans ces catégories et, dans certains cas, a dépassé les scores pour l’ensemble de la Suède. 

Aujourd’hui, environ 9 des 32 personnes qui travaillent à la chaîne sportive, à temps plein ou à temps partiel, sont des femmes.   Beaucoup plus que trois pour l’ensemble du pays, autrement dit. Mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire.

Nous avons donné des cours spéciaux à la radio suédoise à de nombreuses reprises pour attirer plus de femmes talentueuses intéressées à devenir de très bons commentateurs, pas seulement des présentateurs et des journalistes. En 2014, la radio suédoise Susanna Andrén a marqué l’histoire en devenant la première femme au monde à arbitrer un match d’ouverture de la Coupe du Monde FIFA pour hommes.  Grandes et vraiment importantes étapes, mais pas assez.

La radio suédoise dispose aujourd’hui d’une équipe de haute direction avec une représentation équilibrée de femmes et d’hommes – actuellement 45 pour cent de femmes et 55 pour cent d’hommes. Dans les rangs de direction directement au-dessous de cela il y a actuellement plus de femmes que d’hommes, et parmi les collègues en général la distribution est même.    

Je suis naturellement heureux que nos efforts conjugués aient mené à un véritable changement, mais j’espère aussi que nous ne serons jamais entièrement satisfaits. Il y a encore des domaines où nous devons faire beaucoup mieux que ce que nous faisons aujourd’hui.

Dans les emplois techniques, par exemple, il y a encore plus d’hommes que de femmes, et dans les emplois administratifs, c’est tout le contraire – plus de femmes que d’hommes. Nous mesurons, identifions et suivons régulièrement les déséquilibres entre les sexes et faisons des efforts concrets pour les réduire dans certains groupes professionnels. Un exemple concret est que nous avons activement cherché à entrer en contact avec des femmes développeurs dans des groupes de médias sociaux fermés pour attirer un plus grand nombre d’entre eux à postuler pour travailler à la radio suédoise.   Après avoir eu une seule développeuse au printemps 2018, sur une période d’un an seulement, nous avons réussi à recruter sept femmes et une non binaire. Je pense que c’est une preuve solide qu’il est très possible de changer les tendances.

La radio suédoise s’adresse à toute la Suède et offre autant de perspectives que possible dans nos émissions. Nous visons à être une entreprise où les possibilités sont ouvertes à tous nos collègues, indépendamment du sexe, des antécédents et de l’expérience passée. Pour moi, en tant que Directeur général, il est très clair que plus de perspectives, plus de voix mènent également à une meilleure qualité et plus de succès en général. 

Depuis le début de l’année, nous avons une nouvelle vision pour la radio suédoise. Plus de voix et des histoires plus puissantes pour une meilleure compréhension Cela ne pourrait pas être notre but si nous ne nous assurions pas aussi que nous continuons à mieux inclure plus de perspectives, plus de voix, dans nos propres rangs, et dans cette entreprise, l’identité de genre n’est qu’un des nombreux aspects que nous devons garder à l’esprit.

Dans un monde où il y a plus de choix que jamais en matière de consommation de contenu médiatique, il n’est pas seulement important de s’assurer que nous incluons une variété de points de vue dans nos programmes et dans nos discussions internes. C’est une question de survie pure.

Ecrit par

Cilla Benkö (Chair of the Personnel Committee)
Directrice générale (SR/Suède)