BLOG publié le 11 mai 2020

Solidarité en situation de crise : comment le COVID-19 a-t-il mené un nouvel échange de programmes de l’UER

Il y a quelques années, on m’a demandé d’évaluer les moyens de relancer le « paquet de solidarité » du département EBU TV. Il s’agissait d’une initiative réussie de l’UER entre 2010 et 2015, qui visait à fournir aux petits membres de l’UER une programmation télévisuelle de grande qualité, fournie par les plus grands, dans le but de renforcer l’ensemble de la radiodiffusion de service public.
 
Des bandes de Digibeta ont été expédiées dans diverses régions d’Europe et, à l’occasion, je me souviens de leur glorieux retour dans les couloirs de télévision de l’UER – sans doute parce qu’aucun député n’avait de place pour les loger. Je me souviens que quelques-uns d’entre nous ont dû se faufiler dans leur propre espace de travail pendant ces visites.
 
J’ai encore les notes que j’ai prises au cours de l’étude de faisabilité pour cela, y compris les calculs du nombre de bandes qui pourraient être chargées sur une palette d’expédition et combien cela pèserait, et en comparant le coût de l’amarrage à 16 ports européens environ à celui de la mise en œuvre des programmes par satellite ou IP. Je ne vais pas révéler quelle solution de livraison j’ai calculée pour être la mieux adaptée aux besoins du projet à ce moment-là, mais je n’hésite pas à admettre que j’ai pris en compte une année de planification et de travail préparatoire, ainsi qu’un coût d’installation et de livraison à six chiffres. Tout cela, c’était avant même que nous ayons évalué s’il y avait du contenu disponible. Au bout du compte, nous n’en sommes jamais arrivés là parce que les frais généraux et les coûts de coordination étaient jugés trop élevés pour que nous puissions les assumer à ce moment-là et, malheureusement, l’initiative a été abandonnée.
 
C’était à la fin de 2014. Comment les choses ont changé.
 
Le 19 mars 2020, dix jours après que Giuseppe Conte ait choqué l’Europe et le monde en restreignant les libertés de 70 millions d’Italiens d’une manière impensable 24 heures auparavant, j’ai été une fois de plus placé le même défi.
 
Avec un groupe d’une cinquantaine de contacts de l’UER TV lors d’une table ronde virtuelle mémorable et sombre, nous avons discuté de l’impact du confinement – alors inévitable dans la majeure partie du continent – sur les flux de travail TV. Comme beaucoup de ceux qui ont participé à cet appel, j’ai été, personnellement, presque sans voix par la prise de conscience sinistre que la grande majorité de la production télévisuelle était sur le point de devenir impossible, et que nous, collectivement, étions confrontés au pire cauchemar de chaque professionnel de la radiodiffusion : l’air mort. Et ce, juste au moment où le public aurait plus que jamais besoin de programmes de qualité, pour se sortir de leur isolement, situation qui appelle presque la re-création du mot « télé-vision ».
 
Le besoin était clair : l’UER devait trouver un moyen de faire circuler les programmes parmi ses membres, et rapidement.
 
Et donc, ensemble, on l’a fait. Mes collègues Karen, Grace et moi avons passé de longues heures à concevoir efficacement les rouages d’un système de sélection et de distribution de programmes. Laetitia du département juridique de l’UER a fourni un cadre juridique souple et souple. Des collègues de Technology and Innovation et d’Eurovision Services ont donné des conseils vitaux sur les solutions techniques à la livraison, sur lesquelles notre infatigable collègue du département des médias, Alain, a travaillé tard dans la soirée à analyser et mettre en œuvre.
 
Pendant ce temps, quelque chose d’incroyable se produisait dans l’ensemble de nos membres.Dans le premier tour de l’appel, plus de 1500 heures de programmes ont été offerts par plus de 20 membres de toutes formes et tailles. Au deuxième tour, actuellement en présélection, les chiffres sont semblables, et encore plus de radiodiffuseurs sont intervenus. Derrière chacune de ces heures de programmation se trouve un don substantiel de recherche sur les droits, de versionnage technique et, pour les programmes sélectionnés, de contribution. Alain, Grace et moi avons chacun plus de 200 nouveaux amis dans les bureaux de vente de nos membres, les RCM, les services juridiques et les équipes de mise en service. Les cartes de Noël de cette année vont prendre beaucoup de temps à écrire.
 
Un peu plus de 30 jours après ce premier appel, le 23 avril, nous avons livré la première tranche de programmation, et maintenant, au moment de la rédaction, plus de 100 heures de programmes sont disponibles pour nos membres actifs et associés à travers l’Europe et le monde.Nous avons répondu à plus de 700 heures de demandes de programmation, et nous en fournirons de nombreuses fois ce montant au cours des mois à venir.
 
Je peux vraiment dire que je n’ai jamais rien vu de tel depuis dix ans à l’UER. Je suis fier de travailler pour l’organisation agile et réactive que nous sommes devenus et touché par la puissance de ce que nous pouvons accomplir avec notre réseau. L’UER n’a jamais eu l’intention, ni moi ni personne d’autre, de participer à la distribution des programmes. Au contraire, c’est une chose à laquelle je résiste depuis de nombreuses années, car en temps normal, il y a un secteur de l’industrie de la radiodiffusion qui fonctionne bien et qui s’en occupe très bien.
 
Nous ne savons pas encore où tout cela nous mènera. Ce que nous savons, c’est que les téléspectateurs de toute l’Europe regardent des quantités considérables d’émissions découlant directement de ce nouvel échange, atteignant des formats, des histoires et des cultures qui leur étaient jusque-là inconnus. Je trouve cela extrêmement intéressant, et je vais analyser attentivement les effets de cette initiative une fois que nous aurons répondu au principal besoin. Pour l’instant, c’est réconfortant de sentir qu’un tel échange culturel positif peut émerger de ces temps de souffrance.
 
Personnellement, je me sens motivé et dynamisé par cette expérience. J’attends avec impatience le prochain chapitre de notre parcours collaboratif, pour renforcer la radiodiffusion de service public d’une manière qu’aucun d’entre nous n’a encore imaginée. J’espère sincèrement que ces problèmes découleront de circonstances plus heureuses que l’appel sur le contenu, mais que ce soit le cas ou non, je suis convaincu que nous trouverons une solution ensemble.

Liens intéressants

TV Content Appeal

Ecrit par

Matthew Trustram
Responsable de la Télévision
+41 22 717 2623
trustram@ebu.ch
LinkedIn