ACTUALITÉ publié le 17 oct. 2018 • Département / Unité Relations aux Membres et Communication

L’UER préoccupée par les propositions de modifications juridiques dans la gouvernance de la LRT

Monika Garbaciauskaite Budriene, DG de la LRT

L’UER est préoccupée par les propositions de modifications dans la gouvernance de la Société nationale lituanienne de radio-télévision (LRT), notamment en ce qui concerne la désignation des membres des organes d’administration et de surveillance.

Ces propositions de modifications émanent d’une commission d’enquête parlementaire ad hoc sur le fonctionnement de la LRT.

La création de cette commission parlementaire a fait l’objet d’une contestation portée devant la Cour constitutionnelle. L’affaire n’étant pas encore tranchée, l’UER estime qu’il est préférable d’attendre la décision de la cour ou, au moins, de ne pas prendre de mesures radicales sur le seul fondement des conclusions de la commission d’enquête.

L’UER est tout particulièrement préoccupée par les éléments suivants : les propositions de modifications portant sur la désignation des membres du Conseil de la LRT, qui serait accélérée et aboutirait à un renouvellement quasi-automatique ; les procédures de désignation d’un conseil d’administration nouvellement créé, qui semblent dépourvues de garde-fous contre les influences politiques ; et l’instauration d’un système de contrôle à trois niveaux inédit au regard de la loi sur la LRT, notamment en ce qui concerne la mission de service public, avec un chevauchement des compétences du conseil d’administration, du Conseil et de la Commission.

Il est essentiel que l’organe chargé de la surveillance de la LRT soit véritablement indépendant du pouvoir politique et puisse garantir l’indépendance éditoriale des médias de service public, comme le prévoient les normes européennes.

Étant donné l’importance du système de gouvernance pour l’indépendance et le rôle démocratique des médias de service public, l’UER demande instamment au Parlement lituanien de ne pas adopter précipitamment de modifications profondes sans un vaste débat public et une analyse d’impact appropriée.

Il convient également de recueillir un large consensus politique sur toute modification du système de gouvernance, afin d’éviter un cycle vicieux dans lequel le système changerait à chaque élection, ce qui engendrait une instabilité dans la direction et le fonctionnement des médias de service public.

Contact detail

Radka Betcheva
Responsable des relations avec les Membres - Europe centrale et orientale

+41 22 717 2006
betcheva@ebu.ch
LinkedIn