BLOG publié le 24 juin 2022

Concevoir des réseaux de distribution résilients pour des sociétés résilientes

Ce billet de blog d’Antonio Arcidiacono a été publié pour la première fois en tant qu’éditorial dans le numéro 052 du magazine Tech-i de l’UER.

« En cas de blocus, l’absence d’information permet d’accomplir deux objectifs. Le premier est le chaos. Les gens ne savent pas ce qu’il se passe et ils paniquent. Au début, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi Marioupol s’était effondrée si rapidement. Maintenant, je sais que c’est à cause du manque de communication.

Le deuxième objectif est l’impunité. Si aucune information ne sort d’une ville, aucune image des bâtiments démolis et des enfants mourants, les forces russes peuvent faire tout ce qu’elles veulent. Si nous n’avions pas été là, il n’y aurait aucune trace de tout cela. »

Ces paroles ont été prononcées par Mstyslav Chernov, reporter vidéo pour Associated Press. Il faisait partie d’un petit groupe de journalistes internationaux qui se trouvaient encore à Marioupol à la mi-mars et ont fini par être évacués par les forces ukrainiennes.

Je vous recommande de lire le récit complet du siège par Mstyslav Chernov. Pour nous qui travaillons dans les médias, cet article nous ramène à la réalité : les services que nous fournissons ont la capacité de sauver des vies, et c’est effectivement le cas. (Le rôle essentiel qu’ont joué les médias lorsque la pandémie de Covid-19 a commencé à déferler sur la planète, début 2020, est un exemple encore frais dans nos mémoires.)

Soutenir la démocratie

Dans toute société démocratique, il est fondamental de garantir que le soutien aux informations et leur distribution se poursuivent activement, même lorsque les infrastructures essentielles sont détruites. Les réseaux de distribution modernes devraient être considérés comme des infrastructures nationales critiques, une ressource stratégique qui permet d’accéder à des sources multiples et fiables de contenus éducatifs et d’informations, à l’appui de la sécurité publique et de la vie démocratique.

Alors que la guerre en Ukraine s’intensifiait, les ressources de radiodiffusion et de haut débit étaient progressivement perturbées ou prises d’assaut. L’UER a coordonné plusieurs actions en soutien à l’UA:PBC, média de service public ukrainien, au moyen de ressources terrestres et satellites.

Au-delà de ces actions immédiates, déployées dans l’urgence, nous devons à présent nous pencher sur une façon d’améliorer la résilience des infrastructures d’information dans tous les pays. Comme le formule une nouvelle recommandation de l’UER, la réponse réside dans le recours à de nombreuses technologies différentes et complémentaires. Cette infrastructure collaborative devrait intégrer à la fois les réseaux haut débit et les réseaux de radiodiffusion. Elle doit mettre en œuvre des fonctionnalités de haute fiabilité, de résilience et de sécurité, fournir des services à la population tout entière et sur la totalité du territoire, et tirer parti des forces respectives des différentes technologies et réseaux. De plus, elle ne doit pas être conçue comme une infrastructure à utiliser uniquement dans les situations d’urgence : ces réseaux devraient être les mêmes que ceux qui sont utilisés jour après jour pour informer et divertir la population, mais ils doivent également pouvoir alerter en cas de situation de crise.

La crise ukrainienne a mis en lumière le rôle irremplaçable de la radiodiffusion comme moyen d’atteindre l’entièreté de la population d’un pays. Dans ce contexte, presque toutes les technologies de diffusion des 100 dernières années ont été utilisées, y compris les fréquences radio MW et SW, et les technologies satellites ont été largement sollicitées pour toucher les populations dépendantes d’infrastructures locales.

Le spectre: un must

Tout cela renforce ma conviction que nous devons de toute urgence concevoir, élaborer et déployer des réseaux d’information résilients. L’un des éléments clés, pour ce faire, réside dans la disponibilité de l’onde radioélectrique pour les services publics essentiels. Les réseaux de radiodiffusion qui informent et éduquent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et couvrent la totalité d’un territoire peuvent contribuer à prévenir les crises et alerter la population en cas d’urgence.

Les organes de régulation et les responsables politiques devraient créer des conditions de réglementation et de marché favorables pour soutenir l’élaboration et la mise en œuvre de solutions de réseaux collaboratifs avancés, qui offrent de la stabilité et de la sécurité à long terme. Ainsi donc, un accès à des ressources suffisantes en matière de spectre devrait être prévu aux fins du développement continu de technologies et de réseaux de radiodiffusion.

Ce besoin semble plus pressant face à la crise ukrainienne qui se déroule sous nos yeux, mais en réalité, il ne se limite pas aux périodes de crise. Nous devons impérativement agir dès à présent pour protéger notre avenir commun.