COMMUNIQUÉ DE PRESSE publié le 19 nov. 2020

Le COVID-19 démontre l’importance des médias de service public pour la société

Intitulé « Fast Forward: Public Service Journalism in the Viral Age », le rapport 2020 du service des Actualités de l’UER souligne que la réponse des rédactions à la pandémie de COVID-19 a renforcé la contribution des médias de service public (MSP) à la société dans son ensemble. Ce rapport avertit toutefois aussi que cela ne suffira pas en soit à garantir la croissance des MSP, voire leur survie. 

S’appuyant sur les commentaires des rédacteurs.rices en chef d’organismes de médias européens, ainsi que sur leurs propres analyses, les auteur.rice.s, Maike Olij et Atte Jääskeläinen, effectuent des projections sur les évolutions probables du reportage d’actualité, tout en soulignant que les organismes de médias doivent rester en phase avec un environnement en mutation rapide. 

Ils présentent également 20 études de cas tirées d’organismes qui ont dû relever des défis particuliers dans le cadre de la pandémie, de la lutte contre les fausses informations à la couverture d’approches scientifiques antagonistes, en passant par le recours au journalisme de données, les aspects pratiques des reprogrammations, les modes de travail hybrides et, bien entendu, la sécurité du personnel. 

Recommandations tirées du rapport à l’intention des rédactions

  • Il est crucial d’informer le public – les MSP doivent en toutes circonstances se donner pour objectif de fournir des actualités et des informations fiables et éprouvées.
  • Les médias traditionnels doivent adopter le journalisme en ligne en l’accommodant aux besoins du public.
  • Il est acceptable de ne pas avoir réponse à tout, et l’admettre peut renforcer la crédibilité et la confiance, plutôt que les affaiblir.
  • Créer des liens entre les gens est conforme aux valeurs des MSP et permet de rapprocher les différente franges du public.
  • Lutter contre les fausses informations et accorder une plus grande attention aux courants sous-jacents de la société est essentiel en cette période marquée par la polarisation.
  • Les gens ont besoin de journalisme critique, même lors de la diffusion de messages officiels.
  • Les modes de travail hybrides vont perdurer ; il convient donc de se pencher sur la question du bien-être.
  • Changer rapidement, c’est possible ! C’est en se préparant aux imprévus et en réagissant rapidement, avec détermination, que les MSP pourront s’adapter à un avenir instable.

« Le COVID-19 a accéléré le changement et imposé le passage au numérique à une vitesse que nous n’aurions pas pu prédire à cette époque l’année dernière. Les MSP ont relevé ce défi en prouvant leur capacité à innover et à transformer en seulement quelques jours leurs structures organisationnelles, leur culture et leurs calendriers de production. Ces transformations sont de bons indicateurs de la pertinence qu’auront les MSP dans l’avenir, quelles que soient les difficultés qui surgissent », a déclaré Atte Jääskeläinen.

Maike Olij précise : « Lorsque nous avons commencé la rédaction du rapport, au début de la crise, nous avons observé des pics très importants dans les chiffres d’audience, ce qui correspond à une véritable demande d’informations vérifiées et fiables de la part du public. Mais à mesure que nous avancions dans la pandémie, nous avons également été témoins de critiques à l’encontre du journalisme et de réelles menaces contre la liberté des médias. Certains gouvernements ont profité du COVID-19 pour faire passer des lois nocives pour les organes d’information. C’est le revers de la médaille ».

Selon Nejc Jemec, rédacteur en chef à la Radio-Télévision slovène, la survie de ce radiodiffuseur est menacée : « Nous sommes connus pour nos reportages critiques, y compris pendant cette crise. Et même si le public apprécie beaucoup cette approche, les politiques saisissent cette occasion pour changer la législation. Je crains un scénario “à la hongroise” ».

« La situation en Slovénie est une indication parmi d’autres que dans certains pays, les MSP se trouvent à un moment charnière, explique Maike Olij. Mais cela dépend vraiment des pays. Dans de nombreux domaines, les MSP ont démontré leur utilité et leur importance ; leur rôle est moins remis en question, car ils ont su rallier un soutien plus large. La difficulté, pour tous ces organismes, va consister à assurer leur viabilité en consolidant cet appui. »

La crise a également des incidences économiques sur les MSP. Certains ont perdu d’importants contrats publicitaires ; dans d’autres cas, les responsables politiques soupèsent l’attribution de fonds publics dans un contexte de concurrence intense. 

Noel Curran, directeur général de l’UER, affirme : « Pendant cette crise, nos Membres ont trouvé de nombreuses manières de rassembler les communautés. C’est ce que les MSP font le mieux : créer des liens avec leur public, lui fournir des informations fiables. Mais ce rapport montre bien que les difficultés auxquelles le secteur audiovisuel est actuellement confronté sont sans précédent. D’un point de vue financier, l’avenir est sombre, et cela a des conséquences qui toucheront plus largement les secteurs culturel et créatif. Nous devons donc unir nos efforts pour veiller à ce que les gouvernements comprennent le rôle crucial que les MSP ont joué et ne cesseront de jouer en temps de crise. La couverture réalisée par nos rédactions, partout en Europe, doit être soutenue et pouvoir compter sur un engagement et des investissements qui s’inscrivent dans le long terme ».

Liz Corbin, cheffe des actualités et directrice adjointe du département Médias de l’UER, déclare : « Depuis le début de cette pandémie, la façon dont les services d’information des MSP ont travaillé ensemble et mutualisé leurs ressources, leurs connaissances, leur expérience et leurs savoir-faire a vraiment fait la différence. Parfois, ils ont aussi partagé leurs frustrations et leurs craintes. Nous sommes une équipe. Il n’a jamais été question de garder pour soi des informations, il n’a jamais été question de concurrence. La priorité, pour tous et toutes, est de déterminer ce dont nos publics ont besoin et comment le leur apporter, jour après jour. Selon moi, alors que nous sommes de plus en plus déstabilisés par des forces perturbatrices, l’éthique du travail en équipe est plus forte que jamais. »  

Justyna Kurczabinska, responsable de l’Échange d’actualités Eurovision, ajoute : « Il existe des débouchés pour les actualités des MSP si nous parvenons à tirer parti de nos atouts : la confiance du public, des reportages fondés sur les faits, et l’impartialité. Tous ces atouts sont appréciés de nos publics, en particulier pendant la crise, et ils constituent de solides arguments pour la protection des MSP. Mais il est aussi essentiel que nous sachions sans cesse nous renouveler. Pour survivre, nous devons nous adapter et nous transformer rapidement, et ce processus ne fait que commencer ».

Le rapport présente des études de cas des organismes suivants :

RTÉ (Irlande) ; DR (Danemark) ; France Télévisions ; RTBF (Belgique) ; ARD (Allemagne) ; BBC (R.-U.) ; NDR (Allemagne) ; RTS (Suisse) ; Yle (Finlande) ; SR (Suède) ; NRK (Norvège) ; RÚV (Islande) ; RTVSLO (Slovénie) ; Union européenne de Radio-Télévision ; LTV (Lettonie) ; KRO-NCRV (Pays-Bas) ; Rai (Italie) ; ORF (Autriche) ; Suspina Studio, UA:PBC (Ukraine) ; ITV (RU).

Les auteur.rice.s

Maike Olij est consultante indépendante en médias et développeuse de concepts. Elle a effectué des missions sur les stratégies et les politiques pour les grands radiodiffuseurs néerlandais NPO et NOS.

Atte Jääskeläinen a travaillé pendant plus de 23 ans pour des médias finlandais, notamment en qualité de directeur de l’information et des magazines à Yle. Il est actuellement directeur général du département de l’enseignement supérieur et de la politique de recherche au ministère de l’Éducation et de la Culture finlandais. 

Maike et Atte ont rédigé ensemble les publications suivantes : « The Next Newsroom: Unlocking the Power of AI for Public Service Journalism”, en 2019, et « 50 Ways To Make It Better – Building Audience and Trust », en 2018.

« Fast-Forward: Public Service Journalism in the Viral Age » a été présenté lors de la 15e Assemblée Actualités de l’UER, qui s’est tenue en ligne le 19 novembre 2020.

Liens intéressants

Fast Forward: Public Service Journalism in the Viral Age

Contacts

Jo Waters
Senior Communications Officer

+41 22 717 2501
waters@ebu.ch