BLOG publié le 01 déc. 2020

Quels résultats le Plan d’action pour la démocratie européenne doit-il produire ?

Cette semaine, la Commission européenne inaugurera le Plan d’action pour la démocratie européenne (le « Plan d’action »), qui marque une étape cruciale dans le travail mené par l’UE pour soutenir les médias libres et indépendants, lutter contre la désinformation et protéger l’intégrité des élections. 

La vraie réussite du Plan d’action se mesurera au poids et à la durée de son impact. Les menaces contre notre démocratie, la liberté des médias et la sécurité des journalistes sont réelles. Et elles sont de taille.

La désinformation est l’un des grands défis que le Plan d’action doit relever. À cette même époque, l’année dernière, nous aurions pu croire que ce phénomène, attisant l’extrémisme et les discours de haine sur Internet et influençant les résultats électoraux, avait atteint son paroxysme. Puis le Covid-19 est arrivé. Les plateformes sont devenues des « superpropagatrices » de contre-vérités. Des personnes effrayées et vulnérables ont parfois cru à de « fausses informations », et en ont subi les conséquences tragiques. À présent, alors que nous en savons plus sur la vaccination, les fausses informations à ce sujet se répandent en ligne, s’acharnant à semer la terreur et le doute dans les esprits qui espéraient santé et sérénité pour 2021.

Un clic suffit pour répandre de fausses informations, mais d’énormes efforts sont nécessaires pour démanteler leurs retombées. En tant que médias de service public, nous faisons partie de la solution, car nous offrons à toutes et tous des informations fiables et vérifiées. La pandémie de Covid-19 a été l’occasion de redécouvrir les médias de service public. Le rapport 2020 de notre service Actualités, intitulé « Fast forward: Public Service Journalism in the Viral Age », démontre en effet que c’est vers nous que les gens se sont massivement tournés pour obtenir des informations dignes de confiance. Nous mettons en œuvre des projets tels que la « Journalism Trust Initiative » (Initiative relative à la confiance dans le journalisme), afin de contrer la désinformation sur Internet en améliorant la visibilité des informations de qualité en ligne et en soutenant la pratique d’un journalisme éthique. Nous participons également à la « Trusted News Initiative », vaste partenariat d’organismes de médias qui vise à stopper la diffusion de fausses informations au travers de mesures telles qu’un système d’alerte rapide. 

Nous exhortons à présent l’UE à rappeler l’importance de disposer d’informations en ligne exactes et fiables. Le Plan d’action doit avoir pour effet de faciliter l’accès à un journalisme de qualité en favorisant la visibilité, sur les plateformes numériques, de contenus d’intérêt général dont la source est clairement identifiée. Nous attendons également de ce Plan qu’il encourage les initiatives en faveur de l’éducation aux médias. Les publics doivent être mieux préparés pour comprendre et repérer les fausses informations. Les médias de service public sont pleinement engagés à les soutenir dans cet effort.

La réussite de nombreux thèmes prioritaires du Plan d’Action dépendra du poids des futures lois sur les marchés et les services numériques. Il est en effet primordial que celles-ci prévoient des règles efficaces, obligeant les plateformes internationales en ligne à rendre des comptes et à faire preuve de transparence, notamment eu égard à leurs systèmes de recommandations algorithmiques. L’absence de lois européennes ambitieuses pourrait mettre en péril la réussite des mesures du Plan d’action visant spécifiquement à soutenir la démocratie et à relever le défi de la désinformation dans des domaines tels que l’accès aux données pour les chercheurs indépendant.e.s, les liens sponsorisés vers des contenus nuisibles, les abus perpétrés par des comptes non humains, ou « trolls », et la transparence sur la publicité à visée politique. 

D’autres thèmes prioritaires du Plan d’action sont tout aussi importants : la liberté des médias et la question urgente de la sécurité des journalistes. Les Membres de l’UER font état d’une montée de l’hostilité et même de la violence, tant physique que virtuelle, à l’encontre des reporters. Il est tout à fait inacceptable que des journalistes soient confronté.e.s à un tel niveau de violence et de menaces dans l’exercice de leur profession. Toutes les attaques, menaces et actes d’intimidation contre des journalistes ont un effet dissuasif sur la liberté d’expression et le rôle de sentinelle des médias. Nous observons avec inquiétude une augmentation des menaces, depuis le début de la crise Covid-19. Pour aider les journalistes à préserver leur sécurité, l’EBU Academy propose des programmes de formation sur les compétences en sûreté et sécurité qui leur permettent de se préparer physiquement et mentalement à affronter les dangers potentiels. Nous nous réjouissons d’apprendre que le Plan d’action s’attaquera à cette question importante et nous entendons résolument jouer aussi un rôle dans ce domaine.

Nous apporterons notre soutien à l’UE dans les efforts qu’elle déploie pour protéger les libertés démocratiques. Nous pouvons toutes et tous nous accorder sur le fait que disposer de médias de service public solides et stables est un élément crucial du fonctionnement d’une démocratie saine. Sur ce point, le public exige que l’UE fasse preuve d’un leadership déterminé qui se traduit par des politiques ciblées et efficaces à même de réparer les dégâts déjà causés et de protéger la liberté d’expression.